THÉÂTRE : CLARA HASKIL, PRÉLUDE ET FUGUE

Clara Haskil, prélude et fugue

Production Les Visiteurs du soir
Texte de Serge Kribus
Mise en scène : Safy Nebbou
Avec Laetitia Casta
Piano : Isil Bengi

MARDI 09 MARS - ERMITAGE-COMPOSTELLE - 20H30

Clara, ou la simplicité sonore d’un beau prénom latin. Rayonnant, transparent, il dit l’éclat et la lumière. Chez Clara Haskil, cette lumière est à la fois très forte et très fragile. Humble et intense, jusqu’au mystère.

Son ami Charlie Chaplin a confié un jour qu’il n’avait rencontré que trois génies dans sa vie : Einstein, Churchill et Clara Haskil. Elle a été l’une des plus grandes pianistes du XXème siècle. Pourquoi ? Qui peut le dire ? Son talent est une grâce qui brille dès l’enfance, et qui se manifeste avant qu’elle ait appris à lire. Une simple petite fille roumaine qui s’applique, avec un seul doigt, à reproduire au piano une mélodie de Schumann qu’a jouée sa mère. Une soixantaine d’années plus tard, après d’innombrables épreuves, elle est enfin reconnue à sa juste valeur.

Serge Kribus, qui s’y connaît en enfance, a été fasciné par le lumineux mystère de Clara. Il s’est penché sur les archives, a longuement enquêté (…). Il a médité sa biographie, consulté ses archives, écouté ses enregistrements, imaginé ses arrachements, ses deuils, ses doutes.

Dès sa première lecture de la pièce, Safy Nebbou a été frappé par ce destin net comme une épure et cependant moins simple qu’il n’y paraît, par la capacité de cette femme à rester soi-même à travers l’admiration des foules, à travers les années aussi. Et peu à peu, à travers la voix réinventée par Serge Kribus, il a commencé à reconnaître un visage à sa ressemblance. Celui de Laetitia Casta, qu’il a dirigée dans Scènes de la vie conjugale de Bergman. Depuis quelque temps, elle lui avait fait part de son désir de retravailler avec lui et d’affronter pour la première fois ce défi très particulier pour toute actrice : celui d’être seule en scène. Il lui a fait connaître le texte, et Laetitia Casta s’est laissé aussitôt captiver. Avec elle et pour elle, Safy Nebbou revient donc au théâtre pour y composer, comme il sait si bien le faire, un nouveau portrait qui est aussi une rencontre avec une femme remarquable.